Il est temps de redéfinir la «culture d’entreprise»

La semaine dernière, mon collègue et moi avons interviewé une jeune femme pour un poste vacant dans notre entreprise de technologie. Me souvenant à quel point il était intimidant de faire équipe dans une situation déjà angoissante, j'ai fait des heures supplémentaires pour que le candidat se sente à l'aise.

J'ai utilisé de manière satirique l'expression obsolète (et sexiste!) «Girlboss» pour décrire le type de personnalité que nous recherchions, j'ai complimenté ses réponses qui m'ont impressionné au lieu d'essayer de garder un visage de jeu et apaisé la tension lorsque les problèmes de Zoom nous retenaient de simples mortels à sa merci.

Mon collègue et moi étions synchronisés tout au long de l'appel. Ce n’était pas notre première interview ensemble. À présent, nous avions établi un rythme: regrouper les faits et les statistiques de l'entreprise, poser des questions de suivi et (presque) ne jamais s'interrompre.

Ensuite, à quelques minutes de notre inévitable arrêt dur, le candidat a posé une question simple, mais que nous n'avions pas encore eue: "Quelle est la culture de l'entreprise?" J'ai été surpris, même si c'est probablement l'une des 10 questions d'entretien d'embauche les plus courantes. Avant la pandémie, j’ai répondu à cela avec un argumentaire fort, mais maintenant… je ne savais plus.

Sentant mon incertitude par télépathie, mon collègue est intervenu.

«Oh, c’est génial ici, tout le monde est super amusant et gentil. Nous sommes plutôt décontractés! Il y a un groupe de planification de fête qui organise chaque année un concours de costumes d'Halloween et des biscuits de Noël, puis nous organisons une grande chasse au trésor le jour de la Saint-Patrick. C’est définitivement un environnement de travail et de jeu. Nous aurons donc des bières lors de nos réunions à l’échelle de l’entreprise et lors de l’happy hour du vendredi. Eh bien, c'était avant COVID, bien sûr.

Je pouvais dire au candidat et j'avais la même pensée – oui, c’est ce que c’était autrefois, mais plus maintenant.

Peut-il y avoir encore une culture d'entreprise avec tous les changements de l'année dernière? Sans les bureaux à aire ouverte où nous nous sommes assis côte à côte avec les écouteurs de 200 $ nécessaires pour étouffer le bruit constant et anesthésiant? Sans potins et drame inter-bureaux pour le divertissement? Sans boire?

Quand j'ai commencé ma carrière professionnelle il y a dix ans, de nombreuses entreprises «cool» ont caché leurs terribles plans d'assurance, leurs feux de gaz et leur manque d'avancement interne derrière les mardis Taco, les jeux d'arcade et autres activités imbibées d'alcool. Ce que nous ne savions pas à l’époque, c’était que des avantages tels que le nettoyage à sec sur place, les salles de sport et le café glacé à la pression étaient conçus pour nous garder au travail. En limitant notre besoin de quitter le bureau, nous passerions plus de temps collés à nos bureaux, trop effrayés pour être la première personne à partir à la fin de la journée.

Et ne me lance même pas Le bureau-comités de planification de parti de style. Ils empilent encore plus de responsabilités sur les femmes, car les hommes participent rarement ou sont même invités à adhérer. En plus du travail pour lequel ils ont été embauchés, ces groupes ont besoin du même travail émotionnel que les femmes effectuent à la maison pour les suivre au travail: se lever 30 minutes à l'avance pour prendre un gâteau d'anniversaire, réserver des espaces événementiels et commander suffisamment de nourriture pour nourrir 100 personnes. les gens tout en notant qui est végétalien, coeliaque, céto et mortellement allergique aux crustacés.

C’est à cause des employés, et non des employeurs (enfin, et d’une pandémie internationale qui nous a tous mis en quarantaine), que nous avons évolué.

Maintenant, quand j'entends «culture d'entreprise», je pense à la façon dont les employés sont traités avec humanité et empathie. Votre PDG se prononce-t-il en faveur de Black Lives Matter? Votre service des ressources humaines a-t-il rédigé un engagement en matière de diversité? S'y tiennent-ils tout au long de leurs processus d'embauche et de promotion? Vos collègues reçoivent-ils des congés payés après une fausse couche? Qu'en est-il du congé de paternité? Votre conseil d'administration s'adapte-t-il au travail à domicile ou s'accroche-t-il à une mentalité de fesses dans la chaise?

La culture d'entreprise dépend également de la mesure dans laquelle votre C-suite écoute les besoins de tous ceux qui sont en dessous d'eux et respecte suffisamment ces besoins pour y répondre. Plus souvent qu'autrement, les coordonnateurs et les assistants en savent plus sur les facteurs de stress et les tensions que les cadres qui ont le pouvoir d'apporter des changements positifs. Nulle part nous ne voyons cela jouer plus que la lutte pour des politiques de travail à domicile mises à jour.

Pour ma part, je n'ai aucun intérêt à retourner dans un bureau. En tant qu’écrivain, j’ai besoin d’un silence absolu pour être productif et planifier mes réunions consécutivement lorsque cela est possible afin que mon flux ne soit pas constamment interrompu. J'adore promener mon chien au déjeuner et plier le linge dès que la sécheuse est finie, sans parler du regain d'humeur absolument cosmique de s'embrasser pour faire ses adieux.

Ma maison est le centre de mon univers. J'ai passé les 10 dernières années à chercher des médecins, des studios de Pilates et des réservations pour le dîner à proximité du bureau car c'est là que j'ai passé la majorité de mon temps. Maintenant, je suis une personne plus heureuse et plus équilibrée. Je suis en formation de professeur de yoga, j'apprends le tarot et je prends des cours en ligne de travail à couper le souffle et d'écriture de fiction. J'ai des passe-temps!

Mais bon, je ne suis pas l’Unibomber. J'aime rencontrer des gens et je comprends l'importance de bâtir et d'entretenir des relations professionnelles. La culture peut être des sommets à l'échelle de l'entreprise où tout le monde se réunit pour quelques jours de réunions en personne et de consolidation d'équipe. Points bonus pour les vues sur l'océan. Il peut également s'agir de journées de bénévolat trimestrielles pour construire des maisons ou servir des repas aux plus démunis (ceux qui n'ont pas le luxe de redéfinir la culture d'entreprise pour eux-mêmes). Moins il y a d'alcool, mieux c'est.

La prochaine fois que l'on me demande: "À quoi ressemble la culture d'entreprise?" J'espère que la réponse décrit un environnement favorable où les employés sont autorisés à travailler où et comment ils se sentent le plus productifs. Un programme où les dirigeants n’ont pas peur de dénoncer l’injustice et de donner du temps et de l’argent à des organisations inclusives. Personne ne devrait se sentir réduit au silence, compromettant sa santé mentale, sa croissance personnelle ou son bonheur pour un salaire régulier.

Il est temps de redéfinir la «culture d’entreprise»
4.9 (98%) 32 votes