J'ai passé une semaine à méditer dans un monastère bouddhiste en France et c'est ce que j'ai appris

J'admets que j'ai lutté pendant que nous restions silencieux à chaque repas, lavions des centaines de plats en guise de méditation et partagions nos peurs et nos insécurités les plus profondes avec un groupe d'étrangers.

J'avais hâte de visiter Plum Village, un centre de méditation et de pleine conscience sacré situé dans la campagne du sud-ouest de la France, depuis 2013 quand j'ai lu PEUR, un livre stimulant du célèbre fondateur du monastère, Bouddhiste Zen Master Thich Nhat Hanh (qui a maintenant 94 ans). Dans celui-ci, il écrit:

«Lorsque nous supprimons nos pensées effrayantes, elles continuent de s’infecter dans l’obscurité. Nous sommes poussés à consommer (nourriture, alcool, films, etc.) dans une tentative d'oublier et d'empêcher ces pensées de faire surface dans notre esprit conscient. Fuir notre peur nous fait finalement souffrir et fait souffrir les autres, et notre peur ne fait que se renforcer.

J'avais peur de beaucoup de choses. Je souffrais de bien des façons. J'ai soudainement perdu deux membres de ma famille proche en quelques semaines et j'avais plus peur de la vie qu'un élève de deuxième année hurlant à travers un film de Freddy Krueger.

En plus de cela, je me sentais anxieuse et incertaine de tout le reste – ma carrière, mes relations, ma capacité à accepter qui je suis, pourquoi j'avais tant d'anxiété sociale. J'avais de l'anxiété.

Je voulais en savoir plus sur la gestion de la peur. Je voulais en savoir plus sur la recherche de la paix. Je voulais savoir ce qu'il savait.

Donc, en juillet 2016, j'ai finalement fait ce voyage en France – seul. J'ai fait le voyage de Los Angeles à Thénac pour une retraite de méditation d'une semaine à Plum Village.

Nous avons été exposés à des générations de sagesse bouddhiste en seulement une semaine, mais quatre leçons spécifiques m'ont le plus marqué et sont devenues un squelette fondamental du bien-être chez nous à Los Angeles.

1. EST-CE QUE JE NOURRIS LES GRAINES DU BONHEUR OU DU MAUVAIS BONHEUR?

J'avais beaucoup bu, fumé beaucoup de weed et pris beaucoup de pilules ADD avant cette retraite. Je faisais rarement de l'exercice ou je mangeais bien et j'atteignais à peine le matériel spirituel qui apportait tant de lumière et d'aisance dans mon monde. Je me sentais comme de la merde sur moi-même.

Je nourrissais inconsciemment les graines de mon malheur.

Quand je mange bien, je me sens bien. Quand je fais de l'exercice, je me sens dynamique. Quand je prends mes responsabilités, je me sens accompli. Lorsque je suis spirituellement actif, je sens une croissance. Quand je suis connecté aux autres, je ressens de l’amour. Lorsque je poursuis des projets qui me passionnent, je sens un but. Quand je suis reposé et éclairé, je me sens incroyable.

Ce sont les graines du bonheur.

Au plus profond de nous, nous savons quand nous sommes sur la bonne voie avec notre recette de bonheur ou hors de la voie. Nous savons quand nous faisons ce que nous sommes censés faire ou non. La façon dont nous nous sentons se reflète dans cela.

C'est la base de tout le reste.

2. PERMETTEZ VOTRE SOUFFRANCE (MAIS N'Y RESTEZ PAS)

Une femme du monastère a raconté qu'elle s'était fait voler son sac à main à Paris une semaine avant la retraite. Elle est bouddhiste de longue date et dégage le genre d'énergie douce et sage qui vient de vivre un tel chemin. Mais elle était énervée. Dans l'une de nos actions quotidiennes de groupe, elle a parlé de l'importance de reconnaître ce qu'elle ressentait et de ne pas retenir les larmes et la rage qui découlaient d'une telle violation.

Il est indéniable qu’un incident comme celui-là fera monter vos émotions. Et c’était son argument: il est important de ne pas nier ces sentiments.

Son point le plus important: ne restez pas là.

Ressentez ce que vous ressentez, validez ces émotions. Ils sont réels pour vous. Ne restez pas là. C’est là que l’énergie émotionnelle nous obstrue – nous ne la libérons pas. Nous devons le ressentir pour le libérer.

Évidemment, ce point s’applique au cas par cas et tout dépend de ce que vous vivez. Avoir votre sac à main volé par rapport à votre mari vous laissant pour votre meilleur ami est très différent. Parfois, il faut plus de temps pour comprendre ce que nous ressentons. Cela n'aide pas à précipiter le processus ou à le brosser sous le tapis.

Cela ne fait que causer plus de souffrance.

3. APPRENEZ LA LEÇON ET LAISSEZ-LA ALLER

Un jeune moine du village m'a dit: «Écoutez les leçons, prenez-les, puis laissez-les partir. La graine a été plantée.

Parfois, j'ai tellement envie de mettre en œuvre une nouvelle leçon spirituelle que la chose qui était destinée à m'apporter la paix finit par me causer de l'anxiété.

Quand je n'arrête pas de me rappeler une idée ou une leçon à maintes reprises, en micro-gérant mes pensées et mes actions par rapport à elle, cela finit par travailler contre moi. Cela finit par me faire souffrir.

«Est-ce que je le fais? Est-ce que je fais?" Je me demandais, harcelant. "Je ne le fais pas!"

Il est certainement important de rester conscient de nous-mêmes lorsque vous essayez de vivre une nouvelle pratique et un nouveau standard, ne vous attardez pas dessus ou ne vous en faites pas.

Si une voie pour la paix vous fait vous sentir anxieux, inquiet, tendu ou mal dans votre peau, il est temps de faire autre chose.

4. L'ÉCOUTE PROFONDE EST LA CLÉ

J'ai du mal à vraiment écouter. J'ai toujours 10 pas d'avance sur la vie dans ma tête. Mais quand je me détends et que j'écoute vraiment, c'est quand je me connecte à un tout autre niveau.

Oprah Winfrey a dit un jour: «Chaque personne que vous rencontrerez un jour… ils veulent savoir:« Vous me voyez? Vous m'entendez? Ce que je dis vous dit quelque chose? »Nous voulons tous savoir que ce que nous faisons, ce que nous disons et qui nous sommes comptent. Nous voulons être validés. »

Nous validons les gens en leur accordant toute notre attention et en les écoutant pleinement. Ceci est particulièrement important dans une discussion ou une dispute sérieuse. Même si c'est difficile à entendre ou si vous n'êtes pas d'accord.

Écouter en profondeur pendant une dispute, c'est être prêt à en entendre un autre sans avoir 10 pas d'avance sur eux dans votre esprit, créer un plan de défense ou le considérer comme de la merde.

Si quelqu'un a un os à choisir avec vous, écoutez-le. Il peut être presque instinctif de passer en mode défense ou de pointer le doigt en arrière. Cela ne fait qu'empirer les choses. Se regarder nous-mêmes est le véritable travail. C’est là que se situe la vraie croissance. C’est là que réside notre pouvoir de créer des changements.

C'est ainsi que nous sauvons les relations. C'est ainsi que nous évitons les longs arguments tit-for-tat. C'est ainsi que nous résolvons les problèmes avant qu'ils ne se transforment en drames majeurs qui sucent le bonheur.

Maintenant, prenez tout cela et laissez-le aller.

Ces leçons m'ont marqué parce que j'en avais besoin. Je le fais encore. Peut-être que vous aussi. Peut-être que non.

La vérité est que j'ai toujours peur et je souffre encore. Tant que je serai humain, cela ne changera jamais. J'ai cependant appris que cela ne doit pas être aussi grave ni aussi prolongé. Si je me branche de temps en temps, réfléchis à mes actions, écoute les gens et laisse tomber la merde, je suis déjà 50% mieux loti qu’avant.

J'ai passé une semaine à méditer dans un monastère bouddhiste en France et c'est ce que j'ai appris
4.9 (98%) 32 votes