J'apprends que la haine n'est pas nécessairement une mauvaise chose

"Pourquoi ne l'admets-tu pas?" Demanda Simone. «Dis-le simplement: tu détestes Linda!»

Ses mots m'ont arrêté dans mon élan. C'était à la fin du printemps 2018 et j'accompagnais mon amie pendant qu'elle marchait M.T, son bichon blanc mignon mais capricieux, qui ne ressemblait en rien à son homonyme. (À moins que M. T souffre également de constipation et de la fâcheuse habitude de s'arrêter toutes les deux minutes pour déposer des crottes de lapin lors de ses promenades.)

Son explosion m'a surpris. Je me lamentais de la façon dont j’ai réussi à me retrouver dans une autre situation de colocataire dans laquelle j’étais toujours celui qui écoute et tient l’espace, mais jamais celui qui prend l’espace. Ce n’est pas que je n’ai pas essayé de parler ou de partager avec Linda. J'avais. Mais je voyais son attention s'égarer immédiatement, se retrouvant généralement sur Jade, son magnifique berger australien aux yeux verts et bleus. Je serais en train de partager quelque chose de significatif, et elle l'interrompait soudainement avec des mots loufoques sur Jade. "Aww, n'est-elle pas si précieuse?" Et elle serait en train de courir avec une autre histoire de la petite enfance de Jade. Ou plus de détails sur sa journée de travail.

J'ai remarqué que je ressentirais une douleur dans ces moments. C'était ce même sentiment insatisfaisant de tendre la main pour saluer quelqu'un qui ignore le geste. Comme ma main dans ces situations, mes paroles tombaient mollement autour de moi. Non satisfait. Non reçu.

Mais mon esprit intelligent intercepterait immédiatement et apaisait le mécontentement en disant: Ce n’était pas important de toute façon. J'aime écouter les gens et être au service. Après tout, c’est pourquoi je suis coach et facilitateur!

Et cette scène a joué encore et encore, avec moi écoutant les sagas de travail de Linda alors qu'elle venait fredonner dans la cuisine tous les soirs. Je m'étais entraîné à ne même pas essayer de partager quelque chose de significatif avec elle. Il valait mieux garder le silence que de ressentir la déception du désintérêt pour mes paroles. Et pour dissuader toute trace de frustration, je me souviendrais de l'honneur de faire confiance à ce que Linda, (ou Kate, ou Marie, ou Silvia ou le gars sur le trajet en train de 8 heures vers Bangkok) se soit sentie si prête Ouvre toi à moi. Tout le temps.

Je me suis dit que ce n’était pas important pour moi de parler. Après tout non, toutes les relations devaient avoir une réciprocité. Différents amis pour différentes saisons, non? De plus, Linda n’était pas techniquement une amie. Elle était ma colocataire / logeuse. Il n'était donc pas réaliste d'attendre d'elle ce que j'attendais d'un ami.

Je me suis rappelé que Linda avait plus besoin que moi de l'espace d'écoute, car elle était pasteur et directrice d'une église. La maison était probablement le seul endroit où elle pouvait laisser tomber ses cheveux et se débarrasser en toute sécurité de son rôle et de ses fonctions pastorales.

Je pensais avoir réussi à déraciner toute graine d'irritation ou besoin de réciprocité jusqu'à ma promenade avec Simone. Mais il était maintenant déroulé du tapis et la poussière était partout. J'ai évacué ma frustration à propos de Linda et de la façon dont j'ai réussi à répéter ces situations de vie à des degrés divers. Au moins, elle n’était pas sociopathe, comme une ancienne colocataire, ai-je dit à Simone. Ou contrôle et manipulateur comme celui d'avant. Ou maniaco-dépressif comme celui d'avant. Et la liste a continué. Au moins, celui-ci était bien plus bénin!

Mais l'insistance soudaine de Simone sur le fait que je détestais Linda m'a effrayé. Quelque chose dans mon cerveau a dit "Ne calcule pas." Déteste quelqu'un? Je n'aime pas vraiment quelqu'un peut-être… mais haine?

J'ai mâché ses mots qui avaient un goût de métal dans ma bouche. Mon cerveau se débattait pour accepter quelque chose.

«Je ne la déteste pas», ai-je dit à Simone. «Je ressens beaucoup d'irritation, mais il ne m'est jamais venu à l'esprit de la détester. Ou même ne l'aime pas!

"Ok, alors admets que tu ne l'aimes pas!" dit Simone.

Mais Simone avait un kilomètre d'avance sur moi. Je n'avais même jamais enregistré «je n'aime pas».

"Vous savez, c'est OK de ne pas aimer les gens!" dit Simone.

En me posant la question, je me sentais vide. Il a été suivi par cette statique grise qui est apparue dans la vieille télé noir et blanc de mon enfance.

Est-ce que je n'aimais pas Linda?

Je ne pense pas que je l’ai détestée. Mais j'ai réalisé que ce n'était même plus le but. Ce qui m'a le plus frappé, c'est cette nouvelle "notification ping" qui a frappé mon cerveau – une nouvelle entrée qui disait "C'est OK de ne pas aimer".

Il est difficile d’expliquer l’impact de ses paroles, car bien sûr je n’ai pas vécu ma vie en aimant tout le monde et tout. Mais je suppose que c'était la nouveauté de ses propos: l'idée d'avoir autorisation ne pas aimer. J'ai parcouru mes sentiments pour détecter s'il y avait du vrai dans ce que Simone avait dit. Est-ce que je refusais de ne pas aimer Linda? Je vivais avec elle depuis seulement 2 mois, et il me semblait trop tôt pour un tel verdict.

Au milieu de mon audit interne, il m'est venu à l'esprit de me demander si je ne me donnerais même pas la possibilité de ne pas l'aimer? Et j'ai réalisé que je venais de me heurter à un conditionnement câblé: un élément plus insidieux du plan qui plaît aux gens. Le vrai coupable se cachait sous les exigences d'être toujours gentil, agréable, gentil, tolérant et aimant: c'était le bourreau et sa guillotine. Il a fonctionné pour intercepter et décapiter même le premier allusion de toute impulsion à agir ou pense au contraire. Et si une telle impulsion parvenait à échapper à sa lame, la culpabilité et la honte se préparaient pour le tacle.

Comment oserais-je ne pas aimer les autres personnes gentilles et bien intentionnées? Les bonnes filles, et en particulier les filles spirituelles et conscientes d’elles-mêmes, ne font pas cela! Ils travaillent juste sur se, sachant que tout le monde n'est qu'un miroir pour eux, non? Il ne sert donc à rien de ne pas aimer ou de détester!

Les mots de Simone me sont restés longtemps après, comme le bur dans ta chaussette que tu ne peux ignorer. Ils nourrissaient tant de réflexions. Cela m'a ramené à l'enfance, peut-être mieux connue sous le nom d'école d'obéissance. Être reconnaissant. Agréable. Sourire. Tolérer. Même si vous venez d'être puni sans raison valable. La colère et les autres émotions «négatives» étaient la prérogative des parents et non des enfants.

Je me souviens d’un moment «aha» à 29 ans. Je vivais avec mon professeur d’arabe et sa famille au Caire pendant une période pendant mes 18 mois d’études là-bas. J'ai remarqué que Nadia, la fille de 21 ans de mon professeur, est entrée dans la cuisine de mauvaise humeur pendant que sa mère et moi prenions le thé. J'ai regardé Nadia être ouvertement grognon, sans aucune récrimination de sa mère. En fait, sa mère a patiemment offert des mots de soutien et est restée imperturbable même si Nadia a repoussé toutes les tentatives et est sortie de la cuisine.

J'étais émerveillé. Elle pourrait faire ça? Elle a eu libre cours pour exprimer même la gamme «désagréable» des émotions? Après que Nadia ait quitté la cuisine, sa mère s'est tournée vers moi et m'a dit tendrement: «Elle est tellement stressée en ce moment parce que c'est la période des examens.»

Comment un moment de vie aussi banal pourrait-il être un tel «aha» pour moi? C’est parce qu’on venait de me montrer une option dont j’ignorais l’existence: vous pourriez vous présenter de mauvaise humeur et être toujours aimé. Vous pourriez être loin d'être parfait et être tout à fait accepté.

Ce que j’ai réalisé après ma conversation avec Simone, et au cours de mon séjour avec Linda, c’était que la vraie question n’était pas d’aimer Linda ou pas, ni même d’avoir la permission de ne pas aimer ou de haïr.

Le vrai problème était celui de l'autorisation de BE. Permission d'exprimer toute l'étendue de mon humanité. Il était grand temps de renvoyer le bourreau interne. Si je ne l’ai pas éradiqué, j’empruntais juste une belle longue corde pour ma propre pendaison.

Je devais me réveiller et prendre conscience de ma part pour étouffer mes pulsions, mes besoins. Et ce dernier était la clé. J'avais fait avec Linda ce que j'avais fait toute ma vie: minimiser mes besoins et ne pas me sentir droit à eux. Prioriser les besoins des autres. Comme une bonne fille.

Sans besoins, il était facile de maîtriser l'art de rétrécir ou de devenir invisible. Mes situations de vie reflétaient cette dynamique encore et encore: j'ai perfectionné l'art en essayant d'apaiser ou d'accommoder des personnalités dominantes ou dysfonctionnelles. À maintes reprises, j'ai dansé en fonction du disque en cours de lecture: soyez gentil, soyez prudent.

Ce que j’ai mis du temps à réaliser, c’est que tant que j’étais gentil, je ne me sentais pas très en sécurité. Après tout, comment mon être pourrait-il se sentir en sécurité si je dénie ses besoins? Si je ne lui ai pas donné la permission de l'être?

Quelques mois après ma conversation avec Simone, j'ai entendu une conférence de Claire Zammit, une coach transformationnelle qui enseigne l'autonomisation féminine. Je fus à nouveau arrêté dans mes élans en l'entendant raconter des histoires qui ressemblaient aux miennes: comment elle avait le don d'attirer autant de narcissiques dans sa vie, ou de jouer constamment le rôle de l'entraîneur et de l'auditeur, jusqu'à ce qu'elle se réveille et s'est rendu compte qu'elle devait enfin regarder quel rôle elle jouait dans cette dynamique en cours.

Et c'est à ce moment-là qu'elle a réalisé qu'elle ne se «présençait» pas. En d’autres termes, elle autorisait d’autres personnes dans sa vie à «prendre» tout l’espace, parce qu’elle ne se manifestait pas pleinement. Et si nous ne nous présentons pas pleinement, comment pouvons-nous espérer répondre à nos besoins? Comment pouvons-nous espérer nous sentir satisfaits des relations ou de la vie?

Pour cette raison, je dois tuer mon bourreau ou me permettre d'être tué, étouffé par le poids des besoins non satisfaits accumulés, des émotions non exprimées et des rêves non réalisés dans la vie. Parce que ces rêves nécessitent un corps et un être pleinement présents, pleinement vivants. Capable de donner librement et habilité à recevoir.

Il est donc grand temps que j'apprenne à haïr. Il est temps de détester tous ces mécanismes de contrôle internalisés. Pour détester ce livre de jeu qui me fait jouer petit et invisible. Détester la camisole de force qui m'a gardé de la liberté – la liberté d'être pleinement moi-même. Sous la pluie ou le beau temps. De bonne humeur ou de mauvaise humeur. En cas de maladie ou de santé. Jusqu'à ce que la mort nous sépare.

J'apprends que la haine n'est pas nécessairement une mauvaise chose
4.9 (98%) 32 votes