Je choisis de faire confiance à mes instincts

Je me perds dans la journée, je me lève le matin avant le soleil et je le regarde traverser le ciel, en jouant avec les plantes et les ombres. Les pensées de solitude et toutes les activités que je peux accomplir m'entourent. J'évite de penser à en avoir besoin d'un autre. J'arrive au point, en écrivant toutes les choses que je peux faire. Cela fait du bien de les rayer de chaque instance. Et pourtant, j'aime beaucoup penser à l'autre. Comparaison et espoir de ce qui pourrait être. Les fantasmes se glissent dans mes lignes de touche.

Le souffle me donne quelques chances de me replonger dans mon cœur et d'être honnête avec moi-même. Dans le calme du matin et alors que l'obscurité recouvre les espaces, je me sens plus à l'aise dans ma propre peau. Je ne remets pas autant en question l'inconnu; Je m'y abandonne. Je ne me soucie pas de l'autre, des pensées qui tentent de s'accrocher aux rives de la rivière de mon esprit. Au lieu de cela, je suis éveillé au moment qui est devant moi. Je sens les touches sous le bout de mes doigts, je regarde les mots se former sur l'écran et je cligne des yeux l'estomac plein. C’est seulement en pleine journée que je me perds dans la comparaison et la conformité. La source de tout conflit.

Mais je retourne à mon cœur et m'installe. Je sais que j'ai tout ce dont j'ai besoin. La chaleur de mon corps, un toit au-dessus de ma tête, le soleil qui s'illumine au-dessus du bleu. Je suis chez moi dans mon propre être. Les ombres ne sont qu'une autre partie de moi, explorant l'obscurité sans remettre en question les peurs. Je les autorise plutôt à l'être.

Je suis fatigué d'essayer si fort de me connecter avec des gens à travers des distances en ce moment. J'en ai assez d'essayer d'amuser l'autre. J'apprécie les courtes poussées de convivialité, puis je suis prêt à renoncer aux obligations que je me suis imposées. Je suis plus intéressé à être seul et à découvrir le monde à mesure qu’il se présente. Fraîcheur dans mon esprit, fraîcheur dans ma bouche. Je veux plus de la saveur qui se produit dans les marées changeantes. Se débarrasser des jugements et le laisser faire. Je suis content de ne pas être dans le même espace que j'étais dans ma ville précédente. J'avais besoin de me débarrasser de cette maison, de ces relations, de cet état d'esprit.

Bien qu'il soit peut-être juste de dire que la routine commencera ici dans ma nouvelle ville le plus tôt possible, je fais des efforts concertés pour trouver des sources de bonheur dans mes actions. Gratitude, savourer, reconnaître ce qui me rend heureuse par rapport à mes priorités et vivre mes rêves. Cela inclut passer du temps à l'extérieur, tirer le meilleur parti de mes relations et faire des choses pour moi qui me rendent heureux. Je veux me connecter avec la communauté, apprendre d'eux et être ouvert à ce que je peux apporter. Cela signifie trouver des sources d'énergie renouvelable – redonner, s'ouvrir, être honnête.

J'ai besoin d'une pause de la nouvelle norme à bien des égards. Cela peut signifier monter dans ma voiture et franchir certaines limites pour voir ce qui est nouveau. Il s'agit peut-être aussi de monter sur mon vélo et de trouver de nouvelles distances à parcourir. Il y a encore beaucoup à explorer dans une nouvelle ville, un nouveau quartier, un mode de vie en mutation. Je priorise ce qui est le plus important pour moi et je me soucie moins du drame qui se construit dans ma tête. Je suis également plus conscient des traits qui me gardent enfermé dans une pensée négative. Il est maintenant temps de les abandonner et d'être honnête avec mon propre cœur. Écouter mon intuition.

C'est si facile pour moi de laisser les passants être qui ils sont. Le jugement entre en jeu avec toutes les personnes que je connais et que j'aime. Comme si je pensais qu'en ne leur donnant pas le bénéfice du doute, je les transformais en quelque sorte en meilleures personnes. Maintenant, je me rends compte qu'il s'agit de garder les gens à distance. Je trouve qu'il y a une sorte de cercle intérieur de ma vie que je veux maintenir dans une certaine mesure. Je préférerais de beaucoup trouver la paix dans l'acceptation. Compassion dans la bonté de mon cœur. Je vois que je me connecte avec certains individus plus que d'autres. J'apprends à abandonner les pensées qui ne me servent pas, qui m'empêchent en fait d'être la meilleure personne que je puisse être.

Et tout cela va et vient avec le courant. Je commence à considérer ce que j'aime plus que tout et comment je peux le faire durer dans une certaine mesure. Je sais que la rivière gonfle à certains moments, et le lendemain, elle peut refluer en totale négativité. Je dois apprendre à aimer à la fois la plénitude et le vide qui vient d'être un être humain. Chaque jour a toutes ces allées et venues.

Ce qui importe le plus, c'est que je me souvienne de notre humanité dans ces moments. Nous traversons tous la folie et les incertitudes. Nous essayons chacun de fonctionner dans cette nouvelle norme. Et c'est à moi de combler les lacunes de la mauvaise communication qui se produisent dans ma vie. J'ai le pouvoir d'apporter des changements car je suis le narrateur de ma propre histoire. Je me soucie d'être mon moi honnête et vrai. Je veux être l'état fluide de savoir qui vient le matin pendant que je médite. Présence qui écoute les oiseaux chanter et les corbeaux picorer les tuiles du toit.

Je guéris. J'apprends à me débarrasser des choses qui ne me servent pas. Bien que j'apprécie ces histoires, je ne crois plus que certains éléments matériels me feront le bonheur. Je prends plus de temps pour me connecter. Pour trouver plus de plaisir dans les expériences sans m'accrocher à des choses qui m'alourdiront. Comment puis-je en prendre plus sous forme de connexion? Toucher l'eau à marée basse, sentir la lueur orange du soleil pendant qu'il danse à l'horizon et se détendre dans une bouteille de vin. Il est maintenant temps pour la douceur, la douceur et l'incarnation d'un cœur ouvert. Je sais que je suis digne d'amour et que la façon dont je peux entretenir des relations passe par l'effort que j'exerce.

Faire davantage confiance au monde à mesure qu'il se déroule, laissant les moments être ce qu'ils sont. Dans la lenteur, j'apprécie ce qui sort de ces expositions. Beauté et abandon. Mon obscurité est tout aussi amusante à jouer que la légèreté de mon être. Et si je peux y faire quelque chose, c'est pour être honnête et parler avec authenticité. Nous avons tous besoin d'un cœur aimable et d'une main tendue dans ces moments de solitude. Certains d'entre nous sont plus capables de se connecter que d'autres, le monde à l'intérieur de nos quatre murs. D'autres ressentent la connexion à travers les longueurs d'onde et les écrans d'ordinateur pixélisés.

Je choisis de savourer les bonnes choses que j'accomplis chaque jour. J'apprends davantage sur les normalités que j'ai créées dans mes habitudes et dans ma tête. Plutôt que de leur permettre de continuer à gérer mon esprit, je veux briser le statu quo. Je veux être plus aligné avec ma bonté innée, reconnaissant que certains jours sont beaucoup plus productifs que d'autres. Reconnaissant que je suis à la fois les marées lentes et douces qui coulent à mes pieds et aussi le puissant fracas des vagues vertes qui tournent à la pleine lune.

Aller un peu plus lentement maintenant. Je me donne l'espace et le temps dont j'ai besoin pour me détendre. J'ai tendance à mettre beaucoup de pression sur moi-même et sur le monde qui m'entoure pour être quelque chose. Pour répondre à un besoin béant qui n'existe pas réellement. Et à la fin, je porte des oeillères, je me demande ce qui est censé être et ce qui pourrait être si j'en avais plus. Si j'avais autre chose. Au contraire, il est maintenant temps pour moi de simplement donner de l'espace à l'être absolu de la présence. J'apprends à apprécier le soleil et les respirations plus profondes. J'apprends davantage sur le pédalage de mon vélo, les feuilles dansantes qui voltigent au-dessus de moi et le sanctuaire de mon lit. J'ai choisi de faire tomber les murs de mon cœur parce que ça ne vaut pas la lourdeur.

Il est temps de fondre. Il y a du temps à se donner et à ne pas se concentrer autant sur les excentricités de ce qui était censé être. La réalité est ce que j'en fais et je choisis de tirer le meilleur parti. Je ne veux pas me demander constamment ce qui est pour ce qui pourrait être. Je préférerais de loin être reconnaissant de ce que je fais et avec qui je suis. Ce monde est fait de tant de bonté, et je veux y contribuer. Je veux être une force de la transparence, des couleurs, des choix qui donnent à la totalité. Avec chacun de nous étant intégré, avec les pièces individuelles faisant partie de quelque chose de plus grand, je ne cherche pas le focus unique. Je vois l'ondulation et je regarde le héron glisser sur les eaux vitreuses. Je plonge et m'ouvre. Avec quelques instants supplémentaires de mise au point, je redonne à mon cœur. Ce que je veux, c'est la chance de danser dans la nuit noire et de m'ouvrir aux flux créatifs en moi. En leur donnant une chance de parler à travers moi, je suis reconnaissant de cette installation spéciale. Je me sens plus reconnaissant et je vois davantage du point de vue de l'autre.

Nous avons tous nos propres lentilles et nous concentrons pour voir à travers. Ce qui compte le plus, c'est d'accepter chacun de nous avec ce que nous avons. Pas de jugement. Aucune envie de changer l'autre. Comment pouvons-nous travailler ensemble et être respectueux sans mettre trop de pression sur l'autre pour qu'il soit quelque chose qu'ils ne sont pas? Il est temps d'utiliser nos efforts concertés pour opérer un changement durable et durable. Changer pour le bien de notre société et pour le collectif que nous sommes. C’est trop pour se concentrer sur la division de nos différences. Nous avons la chance de faire quelque chose de mieux et de bien le faire. Appréciant le bien que nous apportons tous à la table et nos similitudes, je sais que nous pourrons faire une différence à long terme.


Je choisis de faire confiance à mes instincts
Je choisis de faire confiance à mes instincts
4.9 (98%) 32 votes