Le cœur sait ce dont il a besoin

Il y a des moments dans cette vie où nous nous sentons désespérés et seuls. Nous nous sentons entraînés dans un vortex qui nous aspire de tout notre être. Nous pensons que nous sommes les seuls dans cet univers complexe à vivre ce désespoir absolu, mais nous ne le sommes pas. Nous ne sommes pas seuls. En fait, c'est ce qui nous rend humains, toujours aussi beaux et profondément mystérieux. Nous venons d'histoires, sommes façonnés par nos histoires et sommes impactés par les histoires qui nous entourent. Heureusement, nous pouvons créer et façonner nos histoires, dans le temps, avec courage.

Il est impossible d'échapper au traumatisme de notre vivant. C'est un chemin que nous rencontrons. Pour certains, nos blessures envahissent tout notre être et toute notre vie. Pour d'autres, le traumatisme est si profondément ancré dans leur histoire, qu'il est pris pour un trait de personnalité ou confondu avec l'identité. Lorsque le traumatisme a été égaré et sorti de ses racines, il peut être déformé et sortir de son contexte. C'est un traumatisme qui n'a pas été touché, une blessure profonde qui n'a pas été reconnue. Il est niché si profondément dans le dos, dans l'obscurité, sous des trésors et des trésors de douleur et de désordre.

Ces traumatismes attirent l'énergie de l'âme, l'énergie de notre être. Cela laisse un sentiment de fatigue profonde, de perte profonde et un profond manque de mouvement ou d'énergie pour faire quoi que ce soit dans cette vie. Alternativement, elle peut se présenter comme une énergie si chaotique, si désalignée, qu'elle vomit partout sans aucun signe de confinement et laisse le cœur dans une course constante contre la montre. Pourtant, peu de choses sont faites; le corps est fatigué et seul. C'est comme si ce traumatisme, si loin sous les décombres, avait des tentacules. Il atteint, tire et s'accroche à tous les aspects de soi et à ce qui lui donne vie.

Comment le trouvez-vous même s'il a été si profondément repoussé et mis de côté? C'est comme un parasite. Il a besoin de vivre et de se nourrir des endroits où ses tentacules se sont accrochés, s'accrochant à la douleur, s'accrochant à la peur. Il se nourrit du danger et maintient le corps dans un état constant de préparation à ce qui pourrait arriver. Il est très important de reconnaître notre blessure, mais cela ne prend pas de prisonniers et nous n'avons pas le choix. Souvent, le traumatisme peut prendre la forme de croyances limitantes. Les voix négatives qui traversent votre éther sans permission, qui chuchotent: "Vous n'êtes pas assez bon." Cela peut ressembler à la voix qui dit à haute voix: «Vous ne méritez pas l’amour», ou à la voix qui sourit avec haine, sachant qu’elle retient votre attention quand elle vous dit: «Vos besoins n’ont pas d’importance». Ce n'est pas vrai et ce n'est pas vous. C'est la voix limitante du traumatisme, qui vous empêche de pénétrer pleinement votre moi; il vous raconte une fausse histoire sur vous-même. Les histoires de nos croyances limitantes façonnent la façon dont nous prenons le monde et façonnent la façon dont nous nous voyons à tort. Cela peut sembler si réel et vrai, mais ce n'est qu'un mirage.

Les croyances qui ne sont pas les vôtres, qui vous empêchent d'être vraiment vous, appartiennent au traumatisme. Ce n'était pas sûr d'être vu, entendu ou d'avoir des besoins à un moment donné, alors vous avez tout retenu et gardez-le caché dans un petit pot que vous avez creusé profondément dans la terre pour que personne ne le trouve.

C'est beaucoup à tenir après avoir dépassé son espace calme, avec ses chuchotements limitants. Cela peut ressembler à une lourdeur qui repose sur votre poitrine et qui rend la respiration difficile alors que tout ce que vous souhaitez est d'avoir un moment d'aisance, un moment de respiration qui entre et sort avec vie et clarté. Cela peut ressembler à une sensation d'oppression dans votre cou ou à un lourd fardeau sur votre dos. Vous ne pouvez même pas nommer ou déchiffrer ce que c'est, mais vous savez que ce n'est pas le vôtre. Vous savez que cela ne peut pas être tout à vous, seul.

D'une manière ou d'une autre, cela passe inaperçu, car il monte tranquillement. Il passe d'une main à l'autre, d'une génération à l'autre. Le traumatisme intact, les blessures non cicatrisées du passé nous sont transmis. Il continue de bouger régulièrement jusqu'à ce qu'il soit enfin courageusement confronté à la vulnérabilité.

Quoi d'autre est déplacé d'une génération à l'autre? Espérer. Force. Résistance. L'amour. Connaissance. Sagesse. Certes, ces choses, si délicieusement précieuses, si magiquement puissantes, sont également cachées. Il est logique de cacher votre pouvoir. Il est logique de protéger votre magie, vos connaissances, votre sagesse. Vous le cachez pour qu'il ne soit pas enlevé, honteux ou manqué de respect. Vous le cachez pour qu'il ne soit pas blessé, et vous le cachez parce que c'est tout ce que vous avez. Il se cache si bien, si profondément dans les grottes de votre être, qu'il se perd et s'oublie. Il est caché et niché si loin dans les coins du cœur qu'il semble presque trop perdu pour être retrouvé. L'esprit cherche, il s'interroge, il joue et rejoue et imagine exactement où il a été laissé et où il pourrait être. Le corps sait. Le corps sait où il vit, alors le cœur pousse doucement et avec une étincelle, déplace les mots dans votre être: «Je suis ici. Je suis juste là."

Nous pouvons sentir que nous sommes notre traumatisme, qu'il a son mot à dire, qu'il prend les devants. C'est juste le familier. Il est facile de laisser entrer ce que nous savons, aussi douloureux soit-il, aussi destructeur soit-il. C'est ce que nous savons, et cela peut sembler une sorte de réconfort – c'est prévisible. Lâcher prise en soi est quelque chose de nouveau. Cela peut sembler inconnu. Cela vous demande d'être vulnérable. Cela vous demande d'être avec peur. La peur monte, le type de peur qui vous appelle et vous appelle un peu plus, et qui se connecte à cette connaissance inhérente profonde qui dit: «Oui, c'est ça. C'est juste.
Je suis assez, je suis plein d'amour, je suis sage, je sais ce dont j'ai besoin et je mérite d'avoir des besoins. Vous pouvez sentir que savoir, dans la chaleur de votre cœur et dans les feux de votre intestin, cela ressemble à une vibration – un bourdonnement si doux, si doux, si juste, qu'il vous soulève, vous tenant dans une force douce.

Le cœur sait tout ce dont il a besoin; le cœur connaît toutes les réponses à ce dont vous avez besoin et la sagesse pour vous ramener à vous-même. Le savoir ne part jamais; il repose à l'intérieur de vous, parlant une langue qui est la vôtre, parlant une sagesse si profondément profonde, il apporte des larmes de joie et des larmes de soulagement. Cela apporte un amour qui ne peut pas être exprimé, mais qui vous fond avec tant de grâce en force. Tout est là, attendant de faire face au traumatisme avec compréhension et honneur. Honorer la façon dont vous avez fait face, comment vous avez survécu et prêt à vous offrir plus – plus d'espace pour votre être, plus d'espace pour la clarté, plus d'espace pour la facilité et l'espace pour le deuil. Permettre à la douleur de faire ce dont elle a besoin pour que vous puissiez vous transformer à nouveau en votre être, à partir d'un espace clair, plein d'amour et d'un lâcher prise, pour vous permettre d'être.

Le traumatisme est la réponse à quelque chose qui vous est arrivé – ce n'est pas ce qui vous définit. Le retour à soi est douloureux. Le voyage de retour vers soi est difficile, inconnu, brut et non coupé, mais quelque chose d'êtres à déplier en cours de route. C'est une nouveauté, un sentiment de quelque chose de différent qui permet à une fusion de se produire directement dans votre cœur.

Le cœur sait ce dont il a besoin
Le cœur sait ce dont il a besoin
4.9 (98%) 32 votes