Lisez ceci si vous vivez dans vos rêves éveillés

Vos vingt ans sont une période étrange. Vous y entrez comme un «adulte», pensant que vous savez tout, que vous avez compris la vie et que vous êtes prêt à conquérir le monde.

Alors que le monde réel commence à frapper et que les jours de cours, de tests et de soirées du mardi soir s'estompent, vous réalisez à quel point c'est une idée fausse. Vous vous sentez perdu. Vous vous sentez coincé. Et vous vous sentez un peu désespéré que c'est tout ce que la vie a à offrir. Comment les 40 prochaines années de votre vie peuvent-elles être consacrées à cela, à vous sentir comme ça ?

Des journées à vivre le week-end et à redouter le lundi, à compter les minutes jusqu'à ce que vous puissiez vous déconnecter, et à savourer ces quelques heures du soir dont vous disposez avant de devoir vous réveiller et tout recommencer. Vous voulez croire qu'il y a plus que cela, mais lorsque toutes les autres influences de votre vie se plaignent exactement de la même chose, vous commencez à vous adapter au sentiment de terreur et de désespoir au fond de votre cœur qui dit que cela est vraiment c'est tout ce qu'il y a. Si c'est ce que tout le monde ressent, qu'est-ce qui vous fait penser que vous êtes différent ?

Plus vous vous privez de la vraie joie, plus vos pensées commencent à devenir incontrôlables. Les rêves éveillés de tout quitter et de déménager à Bali ou de préparer votre vie dans une camionnette et d'affronter l'Amérique centrale commencent à devenir de plus en plus courants. Vous n'avez jamais voulu vivre dans une camionnette auparavant, mais avec l'étouffement que vous impose une vie qui ne vous satisfait pas et un ensemble de règles avec lesquelles vous ne voulez pas être d'accord, les extrêmes de la vie en camionnette commencent à vous sembler plus alléchant.

Semblable à un toxicomane et à sa tentation de choix, vous ne voulez pas seulement une gorgée, vous voulez toute la fichue bouteille, et plus vous restez longtemps sans elle, plus votre cerveau s'accroche.

Cette rêverie devient votre propre drogue lorsque vous apprenez que votre détestation pour chaque moment présent de votre vie ne fait que grandir. Vous échappez à la douleur qu'on vous dit que vous êtes censé « passer » en vivant dans un fantasme glorifié de tout quitter et de vous enfuir. C'est le médicament qui procure un soulagement momentané lorsque la douleur ne s'est pas apaisée.

Mais c'est la fin de cette époque.

La fin de vivre dans sa tête pour échapper au présent douloureux. La fin de prétendre que fuir et vivre dans un van comblera à jamais tous vos désirs. La fin de laisser les règles de la société sur la façon dont nous devrions vivre notre vie dicter la façon dont nous la vivons réellement.

Plutôt que de fuir la scène pour une vision dont vous n'êtes même pas sûr de vouloir, pourquoi ne pas commencer à éliminer les choses que vous savez ne pas aller tout de suite ?

Si le travail aspire votre âme et ne nourrit rien d'autre, alors quittez-le. Si la relation est moyenne et ne vous fait pas vous demander comment vous avez eu autant de chance, alors laissez-la. Si l'endroit où vous vivez ressemble à une prison, alors déménagez. Et si les amitiés vous font vous demander pourquoi vous donnez toujours plus que ce que vous obtenez ou vous sentez coupable de vivre votre vie comme vous le souhaitez, alors mettez-y fin.

Créez un espace dans votre vie pour vous asseoir entre les deux et écoutez votre corps dans un état neutre plutôt que dans un état de terreur et de paralysie. La beauté de l'immobilité est que vous êtes présent de toutes les manières, et c'est à ce moment-là que votre capacité à réellement écouter votre intuition apparaîtra et que vos véritables appels deviendront clairs.

La vie n'est pas destinée à être vécue dans votre tête, seulement pour échapper à la douleur de la réalité devant vous. Votre plus vraie source de bonheur viendra d'être présent, de vous écouter et de prendre des décisions qui correspondent vraiment à qui vous êtes et à ce que vous voulez, plutôt que de vous traîner dans la boue ou de fuir la scène.

C'est la fin de cette époque, et c'est ce sur quoi nous ouvrons les yeux maintenant.

Lisez ceci si vous vivez dans vos rêves éveillés
4.9 (98%) 32 votes