Voici ce que l'on ressent lorsque vous guérissez d'un traumatisme

* déclencheur d'avertissement: agression sexuelle, TSPT *

Personne ne m'a vraiment dit à quelle fréquence je penserais à son visage, même longtemps après que cela se soit produit.

Ses mains et la tension de ses doigts s'enroulaient autour de mes cuisses tremblantes. Ma bouche sèche et ma gorge serrée. Comment, des années plus tard, à chaque fois que quelqu'un me touche, une partie de moi croit à nouveau que c'est le diable, trouvant une sale façon de me dévorer.

Personne ne m'a vraiment dit à quel point il est difficile de naviguer dans l'intimité quand j'ai un traumatisme assis lourd sur ma poitrine comme le diable sur mon épaule.

Je crois qu’il y a une différence entre la thérapie sexuelle et l’utilisation du sexe comme moyen de thérapie, mais quoi qu’il en soit, j’apprends toujours à guérir. J'apprends encore à accepter le fait que pleurer après un rapport sexuel n'est pas la plus jolie chose que j'ai faite, mais ça va, et laisser quelqu'un entrer est un moyen de faire face, et ça va aussi.

Personne ne m'a vraiment dit ce que c'était que de me regarder dans le miroir et de voir mon corps comme une cathédrale.

À quel point je veux être bon, saint et ouvert. A quel point je veux croire que si j'attends assez longtemps et prie un peu plus fort, quelqu'un sera finalement puni pour ses péchés. Peut-être que je n’aurai plus à ressentir cela.

Quand une nouvelle arrive et me touche là où cela s'est passé, tout ce à quoi je peux penser est le travail corporel, une pratique de guérison pour le rétablissement, pour un traumatisme non digéré. Il y a un lien entre l'esprit et le corps: notre cerveau se souvient des moments que nous voulons oublier et oublie les détails dont nous devons nous souvenir pour guérir.

Certains jours sont plus difficiles que d'autres. Je me décompose en sanglots pleins – le corps tremblant, le visage endolori, les larmes coulant sur mon visage. Je n'arrête pas de penser à l'agonie du sexe, qui est à la fois un lourd fardeau et un moyen de faire face.

Je sais que le rétablissement est loin d'être facile.

Je sais que chaque jour est un moment de guérison.

Je sais qu’un jour, je ne me sentirai plus comme ça.

Chaque jour, j'apprends à être plus gentil avec mon corps, mais en le poussant hors de ma zone de confort. J'apprends à me pardonner la fréquence à laquelle je pleure. Je me laisse ressentir ce que je ressens. J'apprends à me sentir à l'aise dans mon corps avec celui de quelqu'un d'autre. J'ai besoin de me rappeler Tu vas bien. Tu es en sécurité. Le traumatisme est un lourd fardeau. Vous guérissez.

Voici ce que l'on ressent lorsque vous guérissez d'un traumatisme
4.9 (98%) 32 votes