Aujourd'hui, je choisis de me pardonner

La personne la plus difficile que j'ai jamais eu à pardonner est moi-même, et il y a eu de nombreuses nuits où je me suis éveillé en pensant à toutes les raisons pour lesquelles je devais me détester. Je liste les choses qui auraient pu mieux se passer ce jour-là, je compte mes erreurs au cours de la dernière semaine ou du dernier mois, et je rejoue comment ma vie aurait pu être différente si j'avais été différente. Je me souviens de toutes mes inquiétudes et de mes doutes comme si j'invitais mes peurs au lit.

J'essaie de m'apaiser avec des bruits de sommeil en arrière-plan, de l'encens de lavande nageant dans l'air et ma couverture remontée jusqu'à mon cou. Pourtant, je me sens lourd du poids des fardeaux et de la honte que je choisis de porter. Je me raconte souvent une histoire au coucher et je m'écris souvent en tant que méchant avec une leçon que je n'ai pas encore apprise. De nombreuses nuits, je crée un récit qui ne me tient pas seulement éveillé la nuit mais me hante même lorsque je suis éveillé.

Je tiens à limiter les croyances comme une bouée de sauvetage et je refuse de me pardonner pour des choses banales et lourdes. Je me force sans relâche à supporter le poids de mes soucis et à m'empêcher de guérir. Mais aujourd'hui, j’ai décidé que c’en était assez et que le pardon était en retard. Et je choisis maintenant de me pardonner pour toutes les choses auxquelles je me suis accroché.

Je me pardonne de tergiverser sur mes rêves. Je me pardonne d'avoir mis mes espoirs dans le placard et de me dire que je ne l'ouvrirais que lorsque je me sentirais prêt ou lorsque ma muse me frapperait. Je me pardonne pour les excuses que je rejoue depuis des années et pour la culpabilité qui va avec. Je me pardonne pour le temps que j'ai perdu à accomplir des tâches plutôt que de poursuivre mes rêves.

Je me pardonne la honte que je porte comme un médaillon autour de mon cou. Je me pardonne de m'étouffer presque de regret et d'avoir laissé mon ego noyer mes poumons de peur. Je me pardonne d'avoir blâmé des choses que je ne peux pas contrôler ou de ne pas avancer même lorsque j'ai appris quelque chose de mal. Je me pardonne de me punir à répétition comme je ne le ferais jamais pour un amant ou un ami.

Je me pardonne de ne pas avoir rompu une mauvaise relation il y a près de dix ans, une relation qui a créé des ruptures avec mes amis et ma famille et m'a presque ruiné. Je me pardonne d'avoir essayé de garder moi-même et la relation ensemble avec rien d'autre que Scotch Tape. Je me pardonne de ne pas voir ma valeur et de vouloir désespérément être aimé par quelqu'un que j'ai oublié de m'aimer.

Je me pardonne d'avoir pris le temps de la famille comme un enfant pour acquis. Je me pardonne d'être si désespérée d'amitié et de vouloir que les gens m'aiment. Je ne pouvais pas profiter des moments précieux avec ma famille parce que je voyais les journées en famille et les vacances en famille comme une occasion manquée. Je me pardonne de ne pas comprendre à quel point j'ai eu de la chance d'avoir une famille qui voulait passer du temps ensemble.

Je me pardonne de me comparer à tout le monde. Je me pardonne d'avoir souhaité ressembler à quelqu'un d'autre ou avoir plus d'argent que quelqu'un d'autre ou un public plus important que quelqu'un d'autre. Je me pardonne de me juger si durement sur le succès de quelqu'un d'autre. Je me pardonne de ne pas me sentir assez basé sur d'autres personnes qui me semblent plus.

Je me pardonne de me cacher dans l'ombre de peur d'être vu. Je me pardonne de m'être laissé prendre la deuxième place parce que j'avais peur que les gens soient déçus s'ils voyaient que j'arrivais en premier. Je me pardonne d'avoir choisi d'être une giroflée pendant une grande partie de ma vie parce que je pensais que je ferais mieux de me fondre que de me démarquer. Je me pardonne de me faire petit et de ne pas prendre de place.

Je me pardonne pour les nuits où je suis devenu un peu trop sauvage et vacillé au bord de ma morale. Je me pardonne d'avoir pensé que j'étais une mauvaise personne après une mauvaise nuit. Je me pardonne pour les erreurs qui ont accompagné un autre verre de vin. Je me pardonne pour le plaisir qui s'est rapidement transformé en honte.

Je me pardonne pour les heures que j'ai passées à me distraire de la réalité, que ce soit pour défiler à l'infini sur les réseaux sociaux ou pour regarder une autre saison sur Netflix alors que j'aurais dû travailler. Je me pardonne d'avoir éteint mon cerveau parce que je n'avais plus d'espace pour la tête.

Je me pardonne toutes les fois où j'ai ignoré mon reflet dans le miroir parce que je ne pouvais pas me tenir comme je le regardais. Je me pardonne de sortir précipitamment des vestiaires les jours où tout va mal et de se maquiller pour couvrir ma conscience de soi. Je me pardonne d'avoir limité ma perception de la beauté et de ne pas la voir en moi.

Je me pardonne pour toutes les fois où j'ai dit que je n'étais pas assez jolie, assez intelligente, assez bonne, assez spirituelle et assez digne. Je me pardonne pour toutes les fois où je me suis saboté de guérir ou de grandir ou d'apprendre ou simplement d'être humain. Je me pardonne de ne pas me soutenir ou de me montrer un peu de compassion. Je choisis maintenant de me pardonner.

Et maintenant je me demande: que pouvez-vous vous pardonner? Aujourd'hui, laisse aller quelque chose.


Aujourd'hui, je choisis de me pardonner
Aujourd'hui, je choisis de me pardonner
4.9 (98%) 32 votes